jeudi 24 avril 2008

APARECIDA. DISCIPLE ET MISSIONNAIRE, EN FAMILLE.

FAMILLE, PERSONNES ET VIE

431. Nous ne pouvons nous arrêter ici à analyser toutes les questions qui intègrent l’activité pastorale de l’Église, ni nous ne pouvons proposer des projets achevés ou des lignes d’action exhaustives. Nous nous arrêterons, seulement, à mentionner quelques questions qui ont atteint une importance particulière, ces derniers temps, pour que dans l’avenir, les Conférences Episcopales et les autres organismes locaux avancent dans des propositions plus importantes, plus concrètes et plus adaptées aux nécessités de leur propre territoire.

9.1 Le mariage et la famille

432. La famille est un des trésors les plus importants des peuples latino-américains et caribéens, et c’est un patrimoine de l’humanité entière. Dans nos pays, une part importante de la population est victime de difficiles conditions de vie qui menacent directement l’institution familiale. En tant que disciples et missionnaires de Jésus-Christ, nous sommes appelés à travailler pour que cette situation soit transformée et que la famille assume sa réalité et sa mission dans le cadre de la société et de l’Église.

433. La famille chrétienne est basée sur le sacrement du mariage entre un homme et une femme, signe de l’amour de Dieu pour l’humanité et du don du Christ pour son épouse, l’Église. Depuis cette alliance d’amour, se réalisent la paternité et la maternité, la filiation et la fraternité, et l’engagement des deux pour une société meilleure.

434. Nous croyons que « la famille est à l’image de Dieu qui dans son mystère le plus intime n’est pas une solitude, mais une famille ». Dans la communion d’amour des trois Personnes divines, nos familles ont leur origine, leur modèle parfait, leur motivation la plus belle et leur destin ultime.

435. Vu que la famille est la valeur la plus chère à nos peuples, nous croyons qu’ il faut s’en préoccuper comme de l’un des axes transversaux de toute l’action évangélisatrice de l’Église. Dans chaque diocèse, il est nécessaire qu’il y ait une pastorale familiale « intense et vigoureuse », pour proclamer l’évangile de la famille, promouvoir la culture de la vie et travailler pour que les droits des familles soient reconnus et respectés.

436. Nous espérons que les législateurs, les gouvernants et les professionnels de la santé, conscients de la dignité de la vie humaine et de l’enracinement de la famille dans nos peuples, la défendent et la protègent contre les crimes abominables de l’avortement et de l’euthanasie ; c’est leur responsabilité. Pour cela, devant des lois et des dispositions gouvernementales qui sont injustes à la lumière de la foi et de la raison, on doit favoriser l’objection de conscience. Nous devons nous tenir à la « cohérence eucharistique », c’est à dire, être conscients que l’on ne peut pas recevoir la communion sacrée et au même moment, agir en actes et en paroles contre les commandements, en particulier quand on soutient l’avortement, l’euthanasie et d’autres délits graves contre la vie et la famille. Cette responsabilité pèse de manière particulière sur les législateurs, les gouvernants et les professionnels de la santé.

437. Pour soutenir et appuyer la famille, la pastorale familiale peut impulser entre autres, les actions suivantes :

a) Engager d’une manière intégrale et organique les autres pastorales, les mouvements et les associations matrimoniales et familiales en faveur des familles.
b) Appuyer des projets qui fassent en sorte que les familles soient évangélisées, et évangélisatrices.
c) Renouveler la préparation, éloignée et proche, pour le sacrement du mariage et la vie familiale avec des itinéraires pédagogiques de foi.
d) Promouvoir, en dialogue avec les gouvernements et la société, des politiques et des lois en faveur de la vie, du mariage et de la famille.
e) Appuyer et promouvoir l’éducation intégrale des membres de la famille, spécialement de ceux qui sont dans des situations difficiles, en incluant la dimension de l’amour et de la sexualité.
f) Appuyer des centres paroissiaux et diocésains avec une pastorale de soutien intégral à la famille, spécialement en faveur des personnes qui sont dans des situations difficiles : les mères adolescentes et célibataires, les veufs et les veufs, les personnes du troisième âge, les enfants abandonnés, etc.
g) Établir des programmes de formation, de soutien et d’accompagnement pour la paternité et la maternité responsables.
h) Étudier les causes des crises familiales
pour les affronter dans toutes leurs dimensions.
i) Continuer à offrir une formation permanente, doctrinale et pédagogique pour les agents de la pastorale familiale.
j) Accompagner avec soin, prudence et amour solidaire, en suivant les orientations du magistère, les couples qui vivent en situation irrégulière, en tenant présent à l’esprit que les divorcés remariés n’ont pas le droit de communier. Il faut des médiations pour que le message du salut arrive à tous. Il est urgent d’appuyer des actions ecclésiales, avec un travail interdisciplinaire de théologie et des sciences humaines qui illumine la pastorale et la préparation d’agents spécialisés pour l’accompagnement de ces frères.
k) Devant les demandes de nullité de mariage, il faut faire en sorte que les tribunaux ecclésiastiques soient accessibles et aient une action correcte et rapide.
l) Aider à créer des possibilités pour que les enfants, garçons et filles, orphelins et abandonnés, arrivent, grâce à la charité chrétienne, à des conditions d’accueil et d’adoption et puissent vivre en famille.
m) Organiser des maisons d’accueil et un accompagnement spécifique pour s’occuper avec affection et solidarité des petites filles et adolescentes enceintes, des mères « célibataires », des familles monoparentales.
n) Avoir présent que la Parole de Dieu, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, nous demande un soin particulier envers les veuves. Chercher la manière pour qu’elles reçoivent une pastorale qui les aide à affronter cette situation, souvent de découragement et de solitude.

********************
SOURCE :
Ve CONFÉRENCE GÉNÉRALEDE L’ÉPISCOPAT LATINOAMÉRICAIN
ET DES CARAÏBES
Disciples et missionnaires de Jésus-Christ
pour que nos peuples aient la vie en Lui.

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 16,4)

DOCUMENT FINAL
Aparecida, 13-31 mai 2007

2 commentaires:

Wangbu a dit…

Hi there friend! I am a blog reader from the Philippines. I am happy to found your very interesting site. It is really worth visiting.

Pastorale Familiale d'Haiti a dit…

Thank you very much.
The last Mondial day for Family was in the Philippines. We shall go to Mexico, from Haïti.
May the Lord bless Philipinnes and all your Familes. And, so for all families in the World.